Pour ou contre l'écriture inclusive ?

Quizz.biz est un service gratuit financé par la publicité.
Pour nous aider et ne plus voir ce message :

[ Voir les 475 quizz Orthographe de la catégorie Culture générale ]

 » Les 50 derniers sujets Culture Générale » Culture générale 

Modérateurs :     ajc    synapse58   

Nouveau sujet
      
Pour ou contre l'écriture inclusive ?   
5 Juil. 2021, 22h52
Miial

 22 ans, Royaume des fées, solaria
 étudiante à alféa
21 quizz   19 sujets

Inscrit le 18 Juil. 2017
48 msgs
   Personnellement : contre.
Le e en fin de mot marque la différence et ne rend pas l'orthographe française très esthétique. (Ni pratique à écrire ni répertorier le vocabulaire)

 
Re: Pour ou contre l'écriture inclusive ?   
6 Juil. 2021, 10h15
cloclo45
Soutien Quizz.biz, Membre Premium

 82 ans, Fleury-les aubrais, 45400
 Retraité, cdi depuis 27 ans
1079 quizz   72 sujets

Inscrit le 27 Fév. 2013
16189 msgs
   La(e) laitière(er) et le(a) pot/cruche au lait.

Perrette/Pierrot, sur sa(on) tête/crâne ayant un(e) Pot/cruche au lait

Bien posé sur un(e) coussinet(te),

Prétendait arriver sans encombre à la(au) ville(age).

Légère(er) et court vêtue/vétu elle/il allait à grands(es) pas/enjambées,

Ayant mis ce(tte) jour(née)-là, pour être plus agile,

Cotillon/jupe simple, et souliers/chaussures plats(es).

Notre laitière(er) ainsi troussée/troussé

Comptait déjà dans sa(on) pensée/intérieur

Tout(e) le(a) prix/valeur de son lait, en employait l’argent/la monnaie ;

Achetait un(e) cent(aine) d’ œufs, faisait triple couvée(age) :

La(e) chose/système allait à bien par son(a) soin/application diligent(e).

« Il m’est, disait-elle/il, facile

D’élever des poulets(tes) autour de ma(on) maison/logis ;

Le(a) renard(e) sera bien habile

S’il/elle ne m’en laisse assez pour avoir un(e) cochon/coche.

Le(a) porc/truie à s’engraisser coûtera peu de son/mouture ;

Il/elle était quand je l’eus de grosseur/volume raisonnable :

J’aurai le(a) revendant de l’argent/la monnaie bel(le) et bon(ne).

Et qui m’empêchera de mettre en notre étable/hangar,

Vu le(a) prix/somme dont il/elle est, une/un vache/taureau et son(a) veau/velle,

Que je verrai sauter au milieu du/de la troupeau/bande ? »

Perrette/Pierrot là-dessus saute aussi, transportée(té.

Le lait tombe ; adieu veau/velle, vache/taureau, cochon/coche, couvée/poussins.

La(e) Dame/Maître de ces biens/valeurs, quittant d’un(e) œil(lade) marri(e)

Sa(on) fortune/avoir ainsi répandue(u),

Va s’excuser à son mari/épouse,

En grand(e) danger/menace d’être battue(u).

Le récit/l'histoire en farce/tour en fut fait ;

On l' appela le(a) « Pot/Cruche au lait »


C'est nettement plus facile à lire.

» modifié le 6 juillet à 10h17 par Cloclo45

 
Re: Pour ou contre l'écriture inclusive ?   
6 Juil. 2021, 14h04
ferlie
Soutien Quizz.biz, Super Premium

 74 ans, Aucamville 82
 
1127 quizz   33 sujets

Inscrit le 2 Oct. 2009
2232 msgs
   Tout cela est encore une fois une mode lancée par des gens qui n'ont rien de plus intelligent à faire. Moi je les supprime de tous les quiz que je corrige !

 
Re: Pour ou contre l'écriture inclusive ?   
6 Juil. 2021, 16h40
lolitalaura
Membre Premium

 20 ans, Dans ma bulle
 Carpe diem !
36 quizz   220 sujets

Inscrit le 25 Juil. 2013
12859 msgs
   Je me permets de reproduire un message que j'ai déjà posté autre part, et qui traite du même sujet

Je suis pour le principe et l'idéologie de l'écriture inclusive, mais je ne suis pas d'accord avec tout ce qu'elle propose comme moyens pour les réaliser. Je suis absolument pour la féminisation des mots (hors mots épicènes évidemment, mais avec l'accord du déterminant). Qu'on dise et écrive "la ministre" ou même qu'on dise et écrive "professeure", "autrice", "écrivaine" ou "la médecin" me heurte légèrement parce que je n'ai pas l'habitude de cette orthographe / prononciation, néanmoins je juge que c'est nécessaire. Certains (je parle en général, je ne sais si c'est le cas de certains d'entre vous sur le forum) pensent que la langue n'a pas d'impact sur l'égalité homme-femme (ou femme-homme... ), je pense pour ma part que les mots structurent la pensée. Ce n'est pas pour rien si on a utilisé / utilise toujours des termes comme "frappe chirurgicale"... Si ça n'avait pas du tout d'impact sur la pensée collective, il serait inutile de les utiliser

Et puis j'ajouterai que, si mes souvenirs sont bons, la féminisation des noms ne date pas d'hier, elle existait mais elle a été abolie par le XIXe siècle... Donc en réalité, on se repose aujourd'hui sur une norme qui n'a "que" 200 ans, tandis que les mots ont commencé à être féminisés en français moderne... Dès l'apparition de celui-ci. Elle a toujours été dans l'usage !

Néanmoins, si je plébiscite une façon neutre d'écrire qui permette d'inclure tout le monde, et d'invisibiliser personne, le point médian me paraît tout sauf adapté... Et cela vous l'avez déjà noté. La lecture est, à force, fastidieuse, c'est laid (même si ça, en l'occurrence, c'est subjectif), et imaginer une œuvre littéraire écrite ainsi me donne des sueurs froides... Parce que la littérature est la discipline où le langage se fait art ; avec l'écriture inclusive, difficile d'apprécier correctement le rythme d'un poème, ou même l'efficacité d'une syntaxe... Certains diront que ce n'est qu'une question d'habitude ; ils ont peut-être raison, après tout personne n'a testé, et ce n'est "jamais" que quelques signes de ponctuation en plus, mais en attendant, à chaque fois que j'y suis confrontée sur un texte trop long, je me retrouve à le lire deux fois moins vite et à le comprendre moins bien... Essentiellement parce qu'on ne sait pas comment on doit lire dans notre tête. "Es-tu amoureux.se ?" provoque un véritable bug dans mon esprit. Que dois-je lire ? "Es-tu amoureux ou amoureuse ?" ? Non, car sémantiquement ce serait différent de ce que l'auteur a voulu signifier... Je dois lire en même temps deux mots qui se substituent sur l'axe syntagmatique, et cela mon cerveau ne sait pas le faire. Il doit ajouter des conjonctions pour prolonger la phrase et donc l'axe, mais en faisant cela il touche la sémantique... Parce que ça relève de l'axe paradigmatique. On rentre dans des considérations techniques qui paraissent bien peu de choses à beaucoup, certainement, mais en tant qu'étudiante et passionnée de ces questions et du langage, ça me dérange. Je n'y vois qu'une rigidité qui amoindrit ma liberté d'expression et d'écriture...

Et puis voyons plus loin. Il est évident que l'inclusion va, prochainement, concerner aussi les identités de genre (je crois qu'on dit comme ça ? Je me suis un peu renseignée sur le sujet mais j'ai peur de confondre, il faut dire que ce sont des informations que je mobilise assez rarement) différentes de l'homme et de la femme... Il me paraît donc judicieux de rendre à César ce qui est à César, et de rappeler qu'à l'origine, ce que nous appelons "masculin" est dérivé du cas neutre du latin... Donc cessons de l'appeler masculin, appelons le "neutre" et gardons ainsi toutes nos règles grammaticales, en permettant l'inclusion de tous... Ce qui aurait l'avantage non négligeable, par rapport au point médian, de sauvegarder complètement l'histoire de la langue. À côté de cela évidemment, il faudrait travailler à la création d'un "vrai" masculin... Et bingo, pour cela nous avons le calque tout près de notre féminin. Faisons exactement comme pour les accords féminins, mais avec une autre désinence, mettons, par exemple, le /o/... Comme ça tout le monde est content, on aurait un féminin, un masculin et un neutre, sans trop toucher aux règles grammaticales fondées en générale sur une histoire de la langue qu'il serait dommage de détruire... Mais on s'obstine à plébisciter le point médian, et je ne comprends pas pourquoi ^^'

 
Re: Pour ou contre l'écriture inclusive ?   
6 Juil. 2021, 21h49
ajc
Administrateur Quizz.biz

 
 
45 quizz   73 sujets

Inscrit le 8 Nov. 2009
12061 msgs
   Ce que je comprends pas, c'est où tu veux en venir. C'est peut-être clair pour toi mais ce ne l'est pas pour moi.
C'est quoi un vrai masculin ?
"Et bingo, pour cela nous avons le calque tout près de notre féminin" >> Cela non plus, ce n'est pas clair. De quoi parles-tu ? Cela ressemble à une solution miracle. Les solutions miracles, ça existe rarement dans la réalité.

 
Re: Pour ou contre l'écriture inclusive ?   
6 Juil. 2021, 22h35
Miial

 22 ans, Royaume des fées, solaria
 étudiante à alféa
21 quizz   19 sujets

Inscrit le 18 Juil. 2017
48 msgs
   Oui évidemment, la langue a un impact sur la pensée, et la règle "du masculin qui l'emporte sur le féminin" structure déjà la façon de percevoir les deux sexes. (Rapport de pouvoir)

Ta remarque sur l'identité de genre, et la désinence neutre en latin est très intéressante ! j'y ai déjà pensé, par rapport à ce qui se passe actuellement sur la diversité des genres et le mieux serait de conserver une désinence neutre (l'unique de la langue française). Le masculin et le féminin marquent la différence de genre, et de nos jours, il est inutile (sauf pour des discours sur les hommes et les femmes) de préciser son sexe dans les textes. Cela pourrait rejoindre un peu l'idée du mystère et de la rupture des formes traditionnelles du nouveau roman.

 
Re: Pour ou contre l'écriture inclusive ?   
6 Juil. 2021, 22h38
P.Louis
Soutien Quizz.biz, Membre Premium

 15 ans, Beauvais
 Lycéen en 2de
94 quizz   55 sujets

Inscrit le 9 Mai 2018
18138 msgs
   Et pourquoi faudrait-il forcément associer masculin à homme et féminin à femme ?

 
Re: Pour ou contre l'écriture inclusive ?   
6 Juil. 2021, 22h50
Miial

 22 ans, Royaume des fées, solaria
 étudiante à alféa
21 quizz   19 sujets

Inscrit le 18 Juil. 2017
48 msgs
   P.Louis
là est le débat actuel sur l’identité de genre, mais logiquement en terme d'orthographe le féminin renvoie à l'individu de sexe féminin.

Sinon, bien évidemment, on peux être un homme féminin, une femme masculine

 
Re: Pour ou contre l'écriture inclusive ?   
6 Juil. 2021, 23h01
lolitalaura
Membre Premium

 20 ans, Dans ma bulle
 Carpe diem !
36 quizz   220 sujets

Inscrit le 25 Juil. 2013
12859 msgs
   @Ajc :

" "C'est quoi un vrai masculin ?" --> Ce que j'entendais par "vrai masculin", c'était une désinence de genre grammatical marquant l'appartenance à un genre biologique. Ce que nous appelons en grammaire moderne le masculin est en réalité une transformation du cas neutre en latin, et il a gardé la même fonction grammaticale de marquer le neutre... Mais aussi le masculin, tandis qu'en latin, on avait un autre cas pour ça. Je propose donc, une fois n'est pas coutume, de reprendre en petite partie le système latin, en l'adaptant évidemment à la langue française.


" "Et bingo, pour cela nous avons le calque tout près de notre féminin" >> Cela non plus, ce n'est pas clair. De quoi parles-tu ? Cela ressemble à une solution miracle. Les solutions miracles, ça existe rarement dans la réalité." --> Oui, j'ai fait preuve d'un peu d'agacement et cela s'est ressenti dans ma rédaction.

Ce que je voulais dire par là, c'est que cette création linguistique que serait un "vrai" masculin grammatical ne serait pas si complexe, puisqu'il suffirait d'appliquer, sous forme de calque, les mêmes règles que pour le féminin, mais avec une désinence dédiée à ce masculin (plus ou moins égal au -e souvent associé au féminin). Pas besoin d'inventer un nouveau système grammatical, on aurait juste à en adapter un déjà existant, ce qui serait respectueux de la morphologie du français et plus simple à mettre en place

Bien évidemment, c'est juste une idée. Le français est une langue complexe, et il y aurait sans doute des situations linguistiques où ça ne serait pas aussi simple

Maintenant, là où mon idée poserait "problème", c'est que si on veut aller au bout de la logique, tout ce qui n'est pas vivant devrait logiquement se soumettre au cas neutre, donc à notre masculin grammatical actuel... Ce qui ne serait pas infaisable d'un point de vu théorique, mais en pratique, qui sait ce qui passe ou pas dans l'usage ! Et bien que ce soit un avis personnel, j'ai tendance à imaginer que ça mettrait beaucoup de temps à être utilisé, voir que ça ne le soit jamais. Le changement serait sans doute trop drastique.

@Miaal --> Voilà, c'était à peu près mon raisonnement aussi ^^

P.Louis --> En effet, parvenir à dissocier dans les esprits le féminin de la femme et le masculin de l'homme pourrait être une solution (d'ailleurs on voit bien que ce n'est pas tout à fait le cas pour notre masculin, historiquement parlant). Peut-être plus simple d'ailleurs. Sauf que cette analogie a la vie dure, puisque toute femme accorde une phrase à son sujet au féminin et tout homme au masculin (quand on parle d'identité de genre)
Et il faudrait bien justifier cette différence d'accords, non ?

» modifié le 6 juillet à 23h08 par Lolitalaura

 
Re: Pour ou contre l'écriture inclusive ?   
7 Juil. 2021, 9h38
cloclo45
Soutien Quizz.biz, Membre Premium

 82 ans, Fleury-les aubrais, 45400
 Retraité, cdi depuis 27 ans
1079 quizz   72 sujets

Inscrit le 27 Fév. 2013
16189 msgs
   Ce genre neutre, serait-il masculin ou féminin ?

Devra-t-on écrire : "les monts et les vallées sont beaux" ou "les monts et les vallées sont belles" ou encore, comme le souligne intelligemment Lotoise, "les monts sont beaux et les vallées sont belles" ?

Est-ce qu'une nouvelle forme d'écriture changera la pensée des gens ? Ceux qui déconsidèrent la femme resteront c... et les autres continueront à marcher la main dans la main avec leurs égales ! Ce que j'ai toujours fait !

J'ai un jour apprécié ce texte écrit, excusez du peu, sur la porte des toilettes à l'armée :

"Quand tu parles des femmes, pense à ta mère, ta sœur, ta fiancée ou ton épouse, tu n'en diras que du bien !"

À méditer !

 
Forum Orthographe | Haut de page