Mort d'une grande dame

Quizz.biz est un service gratuit financé par la publicité.
Pour nous aider et ne plus voir ce message :

[ Voir les 51 quizz Femmes en politique de la catégorie Politique ]

 » Les 50 derniers sujets Société » Politique 

Modérateurs :     synapse58    jeffcoop   

Nouveau sujet
      
Mort d'une grande dame   
30 Juin 2017, 19h06
kallypso
Membre Premium

  Loiret
 Responsable administrative
127 quizz   5 sujets

Inscrit le 7 Nov. 2010
1025 msgs
   Je viens d'apprendre le décès de Simone Veil. Je suis très émue parce qu'admirative de la personnalité, de l'histoire, des combats de cette femme hors du commun.
Les femmes lui doivent tant. Et dieu sait qu'il lui en a fallu du courage, de l'abnégation, pour défendre, en 1974, la loi sur l'avortement. Je vous transmets ci-dessous un texte issu du site internet de France 5 et rappelant ce combat. C'est un peu long mais je l'ai jugé nécessaire et très emblématique des mentalités de l'époque (certaines n'ont pas beaucoup évolué.

Et puis pour finir, bien sûr, comment ne pas être bouleversée par l'histoire de cette femme admirable qui a connu l'horreur des camps de concentration nazis.

Je laisse place à la discussion.

Texte du site internet de France 5 :

"Retour en 1974. Devant une assemblée qui compte 9 femmes pour 481 hommes, la ministre s'exprime d'une voix calme, un peu tendue : "Nous ne pouvons plus fermer les yeux sur les 300.000 avortements qui chaque année mutilent les femmes dans ce pays, bafouent nos lois et humilient ou traumatisent celles qui y ont recours.

"Aucune femme ne recourt de gaieté de coeur à l'avortement. Il suffit de les écouter. C'est toujours un drame", assure-t-elle tout en soulignant que "l'avortement doit rester l'exception, l'ultime recours pour des situations sans issue". Son discours d'une heure est chaleureusement applaudi par la gauche. La droite se tait, pour l'instant. Dans les tribunes du public, à l'inverse de l'hémicycle, ce sont les femmes qui dominent, venues en masse écouter la ministre.

Suivent alors plus de 25 heures de débats durant lesquelles Simone Veil affronte insultes et propos de "soudards", racontera-t-elle, pendant qu'à l'extérieur, des militants anti-avortement égrènent leurs chapelets. Trois jours et deux nuits de combat contre les tenants de sa propre majorité.

Michel Debré, ancien Premier ministre du général de Gaulle, voit dans ce texte "une monstrueuse erreur historique". Les députés de droite René Feït et Emmanuel Hamel diffusent dans l'hémicycle, à tour de rôle, les battements d'un coeur de foetus de quelques semaines. Le premier affirme que si le projet était adopté "il ferait chaque année deux fois plus de victimes que la bombe d'Hiroshima".

Jean Foyer, ancien Garde des Sceaux du général de Gaulle, lance: "Le temps n'est pas loin où nous connaîtrons en France ces avortoirs, ces abattoirs où s'entassent des cadavres de petits hommes".

Le pire reste à venir : Hector Rolland reproche à Simone Veil, rescapée des camps de la mort, "le choix d'un génocide". Jean-Marie Daillet évoque les embryons "jetés au four crématoire". Jacques Médecin parle de "barbarie organisée et couverte par la loi comme elle le fut par les nazis".

Après le passage de 74 orateurs, Simone Veil reprend la parole déplorant les analogies avec le racisme scientifique des nazis. Elle dira plus tard avoir ressenti "un immense mépris".

"Je n'imaginais pas la haine que j'allais susciter", confiait l'ex-ministre de la Santé de Valéry Giscard d'Estaing dans un livre entretien avec la journaliste Annick Cojean (Les hommes aussi s'en souviennent, 2004). "Il y avait tellement d'hypocrisie dans cet hémicycle rempli essentiellement d'hommes, dont certains cherchaient en sous-main des adresses pour faire avorter leur maîtresse ou quelqu'un de leurs proches".

Le 29 novembre 1974, au coeur de la nuit, la loi est votée par 284 voix contre 189. Les deux tiers des députés de la majorité votent contre le texte, adopté essentiellement grâce aux voix de gauche et du centre.

La "loi Veil" fut promulguée le 17 janvier 1975, autorisant l'IVG pour cinq ans. L'autorisation sera rendue définitive par la loi du 31 décembre 1979".

» modifié le 30 juin à 19h11 par Kallypso

 
Re: Mort d'une grande dame   
1er Juil. 2017, 20h43
tt974

 15 ans,
 
221 quizz   40 sujets

Inscrit le 6 Aout 2015
570 msgs
   Un grand personnage décédé...

 
Re: Mort d'une grande dame   
1er Juil. 2017, 23h18
Supermythologica

 17 ans, Lisbonne
 Collégienne
9 quizz   109 sujets

Inscrit le 22 Jan. 2015
36722 msgs
   Ce n'est qu'après sa mort que je me suis renseignée sur elle... Et je l'admire 100 fois plus à présents! Une grande femme nous quitte, Monsieur Macron, honorez là et envoyez la au Panthéon!

 
Re: Mort d'une grande dame   
2 Juil. 2017, 8h36
tt974

 15 ans,
 
221 quizz   40 sujets

Inscrit le 6 Aout 2015
570 msgs
   Moi aussi je me suis plus renseigné.
J'ai fait de même quand Prince est mort et David Bowie aussi.

 
Re: Mort d'une grande dame   
2 Juil. 2017, 9h25
chloe31415

 24 ans, Lyon
 étudiante
6 quizz   5 sujets

Inscrit le 14 Mars 2014
7529 msgs
   En effet j'étais triste d'apprendre la mort de madame Veil qui a tout de même laissé des lois qui sont à la base de notre société moderne et qui j'espère lui survivront encore longtemps après sa mort.

Au-delà de la loi pour la dépénalisation de l'IVG, j'aimerais aussi faire remarquer celle pour l'intégration des personnes en situation de handicap promulguée aussi en 1975. Elle a sans doute eu moins d'opposition mais elle a permis à ces personnes d'avoir enfin l'accès à l'éducation et à un travail. Il n'était enfin plus question de laisser ces personnes enfermées dans des hôpitaux ou à la maisons. Que ce soit les personnes ayant un handicap physique ou mental (qui était encore appelés les inadaptés) tout le monde avait le droit à une vie sociale adaptée à son handicap ce qui a donné aussi lieu aux premiers travaux pour l'accessibilité.

 
Forum Femmes en politique | Haut de page